• Les z'humeurs du blogueur

     

     

     Messages perso et réflexions, états d'âmes et humeurs du jour (ou de la nuit) du taulier ... qui ne demandent qu'à être commentés, voire discutés !

    Les z'humeurs du blogueur

     



  • recette : comment privatiser un service public ...

    Cette bande dessinée est une réelle enquête journalistique, qui va nous faire découvrir comment on détruit aujourd'hui un service public comme la SNCF... et ce que ça dit sur l'évolution d'un modèle de société.

    Plein de questions et de pistes de réflexion fort intéressantes. Où cela se décide et qui décide ? Comment on procède ? Qui sont les bénéficiaires ? Pourquoi les citoyens "clients", l'Etat et ses agents sont les perdants ? Comment sont traités les salariés ? Pourquoi, quand l'entreprise est découpée et cédée par secteurs, les profits vont au secteur privé tandis que les pertes restent au secteur public ? Quelles sont les enjeux et les conséquences pour la sécurité des voyageurs et des salariés, pour l'économie et les politiques du transport, pour le fret et l'environnement, pour la dynamique des régions, etc. ... ? Comment se dessine le transport ferroviaire de demain ?

    Les auteurs synthétisent les informations qu'ils sont allés chercher un peu partout, y compris au sein de la SNCF et chez les décideurs. Ils rendent compréhensible une situation complexe dominée par le modèle économique du moment et ses représentants fortunés, tout en faisant des clins d'œil à l'Histoire, la leur comme la notre.

    Une BD à découvrir et à partager, pour une lecture qui apporte des infos, tout en interrogeant, me semble-t-il, toutes les convictions.   

    [Erwan et Gwenaël Manac'h, 131 pages annexes comprises, aux éditions "la ville brûle",19€]

     


    votre commentaire
  • 11 novembre ...

    Maudite soit la guerre ! 

    11 novembre ...


    votre commentaire
  •            

                 Prairie De Fleurs, Fleurs Sauvages, Pré, Printemps   bienvenue à toi, toute jeune motarde qui se reconnaîtra !Allez hop, c'est super tu viens d'obtenir ton permis moto ... ! Bravo !!

    C'est dingue ce que les années passent vite. L'enfant volontaire (même pô peur du froid) qui "choisissait" sur quelle machine du Moto-Club elle était la passagère occasionnelle, est donc à son tour aux commandes, autonome et responsable ! Bravo !

    Bon, faut dire que c’était facile hein, avec déjà 3 cartes dans la famille "Motard" : le père, la mère et le grand frère ! smile Bonne pioche, comme dirait l'aut'.

    Comme plein d'autres jeunes gens dynamiques mais humbles, tu vas partager avec tes aînés, et vivre à ta façon une chouette passion pour la moto et son univers. Je trouve ça formidable !

    Je t'assure de mon enthousiasme et de mon soutien, certain que ton expérience sera enrichie par celles des autres (par exemple celles des aînés rassurants ?), notamment dans le domaine de la sécurité et de la prudence, pour pouvoir rouler avec plaisir pendant de longues années décennies !! 

    bienvenue à toi, toute jeune motarde qui se reconnaîtra ! 

                                                                               la Biz !                                                                                                       


    1 commentaire
  • des infos sur la visière ... non merci !!

    Ohé ohé les zamis ... mais que nous arrive-t-il ??

    Il semble que le marché juteux du casque soit en train d'exploser et que quelques uns se ruent sur les cax qui rendraient la route plus sûre (?)... Comment est-ce possible... ?

     gerbe Devant tes yeux ébahis, en premier écran visuel, une multitude d'infos changeantes, sans doute en sur-brillance, des pictogrammes, des chiffres, des flèches, des trucs qui clignotent, les prochaines courbes, ton itinéraire, l'heure qu'il est, ta moyenne, ton taux de cholestérol et ton rythme cardiaque, demain des trucs sonores (et pourquoi pas un p'tit spot publicitaire, ben voyons) .... et au loin, au fond, on distinguerait vaguement la triste et sombre réalité dans laquelle tu te déplaces !!

    Bon, Kamarad, tu veux un vrai virage, des vrais gravillons, des vrais panneaux, une vraie route mouillée, de la vraie pluie, du vrai vent, des vraies distances de sécurité, des vrais rails, de la vraie chaleur ou du vrai froid, du vrai son, des vraies et grosses accélérations ........ ???

    Alors, relèves ou arraches ta visière connectée, débranche l'intelligence artificielle (!) qui rend pas forcément intelligent, et voyons la réalité telle qu'elle est !
    Roules, roules et utilises ta tête (voir, analyser, s'adapter, agir, comprendre ...), tes compétences, tes expériences (et celles des autres !) et ce qu'on t'a appris.

    Car faire d'la moto comme on joue à la console sur son canapé ... Pffff au bord des larmes j'avoue que j'ai du mal !! ... 


    3 commentaires
  • cette BSA A65L la, sinon rien... !!

    Elle est en mode puzzle dans l'garage ... mais j'vais tenter de la faire revivre ! Bon je sais que ça va être du boulot, mais bien aidé par quelques connaisseurs affûtes, j'ai bon espoir !

    Déjà rassembler de la doc à lire et à comprendre, repérer quelques trucs, trouver les personnes ressources...   Organiser l'atelier et le chantier, le réseau de BSA men's répond présent et c'est très rassurant !

    cette BSA A65L la, sinon rien... !!

    Cette BSA A65 Lighning (produite de 1965 à 1972 à Birmingham, GB) m'est très chère puisque liée à l'histoire de mon grand frère Bruno, qui a en partie contribué à ma passion pour la moto. 

    Car 3 ans plus âgé que moi, il est aussi atteint par le virus, et s'achète un 250 CB Honda en 73. J'ai alors le privilège d'être parfois son passager ... le flash est énorme, je l'admire et c'est absolument certain, je serais motard moi aussi !!

    Un grave accident sur le périphérique parisien interrompt un temps sa pratique et ses jambes multi-fracturées sont dorénavant moins sûres ...pourtant il achète la BSA d'occase sur un coup de cœur,

    La vie familiale lui fait remiser les 2 motos (l'Anglaise a alors des problèmes électriques, et j'hérite de la CB reconditionnée tant bien que mal, en 78 !), tandis que ses 3 enfants grandissent. La BSA est un peu démontée et bien rangée au sec ... Bruno est toujours passionné par la moto et ronge son frein, nous observant tous de loin.

    Hélas, c'est ensuite une maladie héréditaire et dégénérative qui va le priver progressivement de la vue. Plus question de moto, de conduire et même petit-à-petit de travailler... 

    Alors que je lui demande discrètement ce qu'il compte faire de sa moto, je comprends fort bien qu'il ne peut pas s'en séparer.

    Et puis il y a 2 mois ... "je ne l'aurai jamais donnée à quelqu'un d'autre, ça me fait maintenant très plaisir de te la filer

     Moi : "c'est un grand bonheur que d'avoir un fréro comme toi", "je vais la bichonner ta bécane, tu peux me croire" ... je suis fier de mon grand frangin, quoi !!

    cette BSA A65L la, sinon rien... !!

    Bon maintenant,... au boulot, car ça fait 35 ans qu'elle a pas tourné la mémère !! yes

    cette BSA A65L la, sinon rien... !!

     


    6 commentaires
  •  

    oh Vu sur le pare-brise d'une GSA dernier cri, cette rapide évocation de notre évolution placerait la GS comme ce qui se fait de mieux comme outil au service de l'Humanité ! Rien que ça ! 

    Passer de l'homme des cavernes au moderne pilote du dernier pachyderme à la mode, y'a de quoi s'interroger sur l'humilité de quelques uns, nan ?  

    Bon je sais, c'est pour de rire ...wink2

                                                                                                                   

                                                                                  


    1 commentaire
  •                             ... alors, très grosse pensée pleine d'émotion pour les êtres chers qui nous quittent.

                                                               Ils nous ont tant apporté et nous avons tant partagé avec eux !

     


    votre commentaire
  • L'article qui suit (FFMC) est assez évocateur de ce qu'on vit parfois dans les grandes métropoles ... Où comment perdre beaucoup de temps, de l'argent, de la productivité, du lien social et probablement un peu de sa santé.

    Des transports publics plus nombreux et mieux adaptés (gratuits ?) + l'usage du 2RM facilité + des cyclistes et des piétons sur des voies dédiées + des villes de tailles moyennes (où y'a du taf !) à échelle humaine ... On peut rêver, nan ??

    Mais, revenons à nos bouchons et à leurs coûts...  

    Résultat de recherche d'images pour "dessin bouchon routier"

    A l’heure des interdictions de circulation, les arguments en faveur de l’usage de deux-roues motorisés (2RM) ne manquent pas.

    Mais un argument est rarement abordé : le plan économique ! On sait en effet que les embouteillages coûtent cher. Selon les études réalisées, si les chiffres peuvent être discutés dans le détail, le principe est évident. Plus de temps passé dans les bouchons coûte directement et indirectement à l’ensemble de la société ! Directement par les coûts en carburant et en temps perdu, et indirectement par la répercussion sur les prix des biens et services vendus par les entreprises. Une évidence : si je suis dans les bouchons, je ne suis pas en train de travailler, donc pas en train de produire de la richesse !

    Une addition très lourde !
    Selon une étude des anglais cebr (cebr.com) publiée sur le site www.planetoscope.com , qui reprend les données collectées par la société Inrix, Paris serait la 35ème ville la pire du monde, la 5ème d’Europe et bien entendu la pire de France. Le parisien moyen passerait ainsi deux semaines par an coincé dans sa voiture !

    Le coût total français en 2013 serait de 17 milliards d’Euros, et une projection estime à 22 milliards le coût prévisible en 2030 ! Et à ce facteur économique, aucun remplacement de moteur thermique par un moteur électrique, à hydrogène ou à poudre de Perlimpinpin n’apporte de résolution.

    Deux semaines perdues dans les bouchons, c’est aussi (surtout ?) autant de temps qu’on ne passe pas en famille ou entre amis. C’est du temps de repos en moins, du confort de vie « volé » par les embouteillages. Autant de temps que nous rend l’utilisation de 2RM pour s’occuper de nos enfants plutôt que les faire garder, pour consacrer ce temps à notre famille, nos amis, notre vie sociale. Autant de temps que rend l’usage d’un deux-roues motorisé au lieu d’une voiture à l’ensemble de la société. Autant d’argent dilapidé en moins dans les embouteillages.

    Conclusion ? Le 2RM en ville permet donc non seulement à son usager de s’affranchir des bouchons, aux autres usagers d’en connaître moins, à l’ensemble de la société de faire baisser les émissions polluantes, mais aussi de produire mieux en coûter moins, et de retrouver une qualité de vie perdue dans les bouchons !

    Et on veut nous interdire de circuler au prétexte de l’utilisation de véhicules trop vieux ? Les chiffres et le vivre-ensemble disent le contraire : Mesdames et Messieurs nos gouvernants, tenez-en compte !

          le  dossier complet et chiffré 

                                                           et la page FFMC qui correspond wink2

    et Andy Singer le dessinateur à vélo 



    votre commentaire
  • dis Jaco, ça serait koi un moto club ?

    A mon sens, ça serait juste une association de malfaiteurs avec des motards dedans, partageant leur passion commune pour la moto, sur des valeurs et objectifs clairement identifiés ...

     

    1 / avec des p'tits statuts : simple et court document administratif pour la déclaration en Préfecture

    2 / avec une charte interne : sans obligation administrative, c'est un document élaboré, adopté et modifiable en assemblée générale. Il décrit les objectifs, l’état d'esprit et le fonctionnement du groupe, avec : 

    - les valeurs et l'esprit du MC : passion moto, solidarité, tolérance, accueil, ouverture aux autres, curiosité et découverte, ... :

     

    - comment on roule en groupe

     

    - quelles sont les activités, et comment on les met en œuvre

     

    - comment le MC fait vivre une dynamique (démocratie participative-coopérative)  

     

     

     

     

    dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ?

     

         des mots clé : 

     

     

    Moto : évidemment, un Moto Club n'est pas un club de tricot ou de collectionneurs de boîtes d’allumettes ! Donc on roule !!!!

    La moto est une passion, et on a le plaisir de la vivre et de la partager. Rappel pour ceux qui se vautrent facilement dans le confort "bagnole" : la moto est une activité extérieure soumise aux aléas météo…

    Évidemment, j'me fous pas mal des cylindrées, des performances et des marques ; toute moto a son charme et ses intérêts ! dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ?

     Humilité : la pratique de la moto exige une grand humilité, une attention aux autres et des capacités d'analyse et d'adaptation de chaque instant. C'est aussi l'humilité qui imprègne les relations entre motards ; y'a pas de maîtres, et personne n'a rien à prouver ...

     

    Adhérer :  c'est respecter les valeurs du MC et participer à sa dynamique. C'est adopter une attitude positive et constructive.  C'est tous ensemble œuvrer bénévolement pour l'association, sans attente de retour ou de gratitude particulière, ni espoir d'une reconnaissance éternelle …

    L'adhésion en roros doit être la plus faible possible, voire inexistante ... une assoc loi 1901 n'est pas une machine à faire du blé, ni à l'engranger inutilement.

     

     Engagement : en adhérant, tu t'engages et tu t'investis volontairement, dans le souci de partager des passions communes. C'est ce qui nous différencie des habitudes du consommateur ! Dans un MC tu n'exiges rien et tu n'achètes rien. Tu apportes un + au groupe, et on partage simplement le tout ! 

     

    dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ?

    Accueil : un MC se doit d'être accueillant et ouvert à tous. Souhaiter la bienvenue, présenter le groupe et ses adhérents, expliquer le fonctionnement. Il s'agit de permettre à l'autre de trouver sa place, tout en faisant sa connaissance. On perçoit parfois alors ce que le nouveau venu peut apporter au groupe, de par son expérience motarde et ses qualités. Pour les plus timides, parfois il faut plus de temps ..

    J'ai des réserves sur l'adhésion par cooptation pratiquée par certains MC, de crainte qu'elle ne constitue un groupe trop homogène de motards qui se ressemblent un peu trop (du même milieu ...).

    dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ?

     

    Rouler : en groupe, si cet exercice a du charme (partager au même moment un bout de route, un rassemblement), il présente aussi quelques "réalités", faciles à gérer (voir ces quelques réflexions), avec un peu de bon sens.

    Chacun doit rester responsable de son comportement sur la route, sans mettre en danger les autres.

    Il vaut mieux rouler propre et efficace partout, que fort seulement dans les bouts droits... On se calme sur les excès de testostérone printanière STP !

    Pas de blocage de la circulation : nous n'avons aucune légitimité à nous approprier l'espace public que nous partageons avec les autres usagers.

     

     

    Responsabilité : faire partie d'un groupe n'exonère personne de ses responsabilités et ne signifie pas que chacun puisse faire, ni dire, n'importe quoi. Chacun doit s'assumer.

    Ainsi tout adhérent adopte un comportement adapté à la volonté associative commune, pendant les activités de l'association. 

    NB : le groupe attend le meilleur de chacun, et non pas le moins bon ou le nauséabond ...

    NB : être responsable, c'est aussi conserver légitimement son autonomie et son indépendance. Faire groupe n'oblige personne à adopter bêtement des comportements "moutonniers" à la con.  

     

    Démocratie et transparence : les règles démocratiques permettent à tout adhérent de participer activement à la dynamique du MC. L'AG annuelle n'est pas désuète, et c'est même le moment le plus important de l'année.

    Une expérience ''démocratique'' demande d'être humble, de remettre en question ses certitudes et ses convictions, voire de remettre en cause un pouvoir supposé, pour ceux qui s'en croient investis durablement ou qui l'utilisent sans retenue ...

    Bref, ça demande à chacun de pas prendre le melon… dans le respect et l'écoute, en recherchant le meilleur pour le plus grand nombre. 

    dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ?

    NB : au delà des quelques noms désignés auprès de la préfecture lors de la constitution d'une association, un MC peut parfaitement fonctionner ensuite sans "président" et autres fonctions pensées comme autant de distinctions hiérarchiques "gonflantes" ... !

     

    Important : on peut aussi opter pour le fonctionnement associatif collégial ; ce statut existe, il est simple à mettre en place  et présente plein d'avantages !

     

     

    Les réunions et assemblées doivent être ouvertes à tous, animées par un(e) volontaire, retranscrites par un(e) secrétaire. La parole de chacun et les échanges compris comme une recherche consensuelle permanente favorisent l'élaboration de projets validés ensuite par la majorité des présents.

    J'ai bien conscience que cet exercice peut sembler plus que délicat. En effet, cette expérience demande à chacun de "lâcher prise" sur ses exigences, ses convictions et certitudes, son narcissisme et son égo surdimensionné, son rang et sa posture sociale.

    Ces enjeux là, constamment agités dans une société façonnée par la compétition et la réussite individuelle ... ne m'apparaissent pas compatibles avec l'idée que j'ai de la pratique moto quand tu fais un bout d'route : simplicité, équité, humilité.

     

    Calendrier : définit à partir des propositions de tous (des dates, des lieux, des événements, des Kms, des budgets ...). Modif en cours d'année, en prévenant le plus tôt possible.

    De la qualité du calendrier dépendra la dynamique globale du MC. Sa préparation et son élaboration collective est donc un moment très important. Un simple  ''catalogue'' d'activités fait à l'arrache "pour remplir des cases", sans volonté de faire partager du plaisir ... va altérer le sentiment de vivre des moments de passion Moto, et n'est pas satisfaisant.  

     

    dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ? Ami consommateur exigeant, circulez y'a rien à voir si tu considères ça comme un catalogue, c'est pô une boutique ici ...! 

     

    Activités : évidemment basées sur la pratique de la moto, elles sont variées, accessibles à tous et attractives ! Avec un but-prétexte à la balade, à la découverte et à la rencontre.

    L'activité retenue est préparée par celui qui la propose. Il fait partager avec enthousiasme quelque chose au groupe. Même simple, la qualité d'une activité bien préparée est souvent appréciée par les participants, qu'ils soient nombreux ou non.  

     

    L'égo de l'organisateur ne doit pas être excité par une forte participation, ou au contraire chagriné par un faible nombre... On risque la baisse de la qualité, en étant obsédé par le nombre !

    Accepter des activités coûteuses (voyages qui nécessitent des congés et des budgets conséquents), introduit un clivage difficilement supportable à court terme, et nuira forcément à la cohésion et à l’existence du MC.

     

    Limiter le nombre d'inscriptions est totalement contraire à l'équité normalement due à tous. Une évidence ...!

    Les réservations ne sont possibles, qu'à condition d'être absolument nécessaires (location, repas). Elles n'ont aucun intérêt par ailleurs, même quand elles sont demandées par un soucis de "politesse" sensé rassurer l'inquiet qui prépare le truc, et qui a peur qu'on l'aime pô ... shocked

     

    Information : régulière, complète et claire, elle doit être totalement partagée de façon simultanée par tous les adhérents. Elle émane de tous et est centralisée et redistribuée par un "référent" consciencieux.  

    Une bonne info participe à l'attractivité et à l'intérêt porté aux activités et à la dynamique du groupe. 

    dis kamarad, ça s'rait koi un Moto Club ?

     

     Équité : il n'y a pas de position particulière liée à son ancienneté, à sa position socioprofessionnelle, à son expérience motocycliste, à ses qualités de pilote, ou à son rôle dans l'organisation  l'animation de l'association. Chaque adhérent est simplement adhérent à part entière, comme les zaut'. 

     

    Histoire : l'histoire se transmet, et se porte avec ses bons et moins bons aspects. Elle soude le groupe, même pour les jeunes adhérents.

    Elle se constitue avec ce que chaque adhérent apporte au Moto Club, via les activités partagées. Elle s'enrichit tous les ans des expériences communes et des rencontres extérieures qui élargissent les zorizons !

    dis Jaco, ça serait koi un moto club ?

    des écueils possibles à gérer facilement, grâce à un règlement intérieur qui les anticipe, sur lequel on peut s'appuyer : 

     

    -  les résistances au changement : un groupe fonctionne parfois avec beaucoup de lenteur (voire d'inertie), et il est difficile à mettre en mouvement… Ça peut être pareil pour les évolutions souhaitables, pour les projets, pour l'élargissement du groupe et l'accueil des idées nouvelles, ...etc.

    NB : résister aux changement, c'est ne pas prendre de risque, et c'est probablement faire le choix du repli sur soi.

     

     -  dériver vers moins de démocratie, moins de réunions ouvertes à tous, moins de transparence, car  « c'est pas la peine, on a pas besoin de ça, on va pas se faire chier avec ça … » ! Ce type de discours peut venir d'individus à qui on peut rappeler la notion d'engagement, de partage et d'équité ! 

    Ça interroge sur les envies de pouvoir, et les incapacités à coopérer avec tous ses petits camarades.

     

     -  la nostalgie sclérosante qui empêche d'avancer, les vieilles histoires rabâchées qui ennuient les derniers arrivés et qui justifient un immobilisme mortifère.

     

    -  les égos trop forts et les comportements ''toxiques'' des malheureux aigris égoïstes-pessimistes permanents.

    NB : attention aussi au pouvoir excessif que s'arrogent insidieusement certains représentants des adhérents (des zélus du burô quoi...).

     

    -  le manque de transparence, aussi bien dans la trésorerie que dans les décisions prises (un comble !)

     

     -  ''l'illusion groupale'' ou "l'entre-soi"... "on est trop bien ensemble" donc appartenir à ce groupe est essentiel.

                Ça a quelques effets indésirables : 

     : peur de se perdre, besoin de faire ''troupeau'' (bande ...), réduction de l'autonomie, on compte sur l'autre ....

     : crainte des modifications, puisqu'on s'y sent très bien. Les nouveaux arrivants et les idées neuves sont redoutés, voire évités ou rejetés … (repli sur soi, pas d'évolution, …)

    :  ''déresponsabilisation'' dans une ambiance où (croit-on) le groupe peut accepter des comportements inhabituels et excessifs : mises en danger, alcoolisations excessives, blagues douteuses, propos intolérants, …

     :  de plus en plus d'activités de type grosses bouffes (et bitures !) et anniversaires... la passion Moto est alors bien secondaire.

     

     -  la délicate ''gestion'' des affinités :

    Une association est obligée d'accepter que certaines affinités (ou proximités) puissent créer des ''cercles'' amicaux, à partir du groupe d'adhérents.

    Pourtant un MC doit être avant tout fédérateur, et ces affinités particulières ne doivent  ''diriger'' en aucun cas le groupe et ses activités. Tout adhérent a les mêmes droits et devoirs. 

    NB : c'est pourquoi on distinguera donc une association avec des adhérents, d'un petit groupe d'amis intimes, car ça fonctionne pô avec les mêmes règles, objectifs et enjeux. 

     

    Résultat de recherche d'images pour "dessin rêve de motard"

                             Au total, c'est clair, entre un club hyper structuré au fonctionnement rigoureux et rigide, et un club sans ligne de conduite particulière qui erre au gré des improvisations imposées par quelques uns … je préfère de beaucoup une pratique associative démocratique dans un esprit ouvert et coopératif, pour définir un calendrier d'activités variées et accessibles à tous.

     

    Malgré ou à cause des écueils, être adhérent à un MC peut être une expérience très enrichissante et enthousiasmante. Les bons moments à vivre ensemble compensant parfois les moments moins faciles où on ne trouve pas forcément son compte.

     

                            Des MC tous différents : Dans le monde de la moto, chaque club est particulier. Si à une époque lointaine, on distinguait les affiliés à la FFM et les MC Pirates qui s'affranchissaient des cadres habituels, aujourd’hui il semble qu'une grande diversité préside à l'existence des MC. 

    Se regrouper est peut être une pulsion animale vieille comme le monde (?), et certains redoutant les comportements de meute préfèrent garder une totale indépendance. 

     

    Après, on trouve pô forcément botte à son pied ...... Après 3 superbes expériences (dont 2 forts engagements dynamiques), je pense à autre chose ... encore plus engagé dans la passion Moto et la solidarité, dans le vrai et le simple des relations sans artifices, plus ouvert sur les zautres et sur le monde ! wink2

    dis kamarad, ça serait koi un moto club ?

     

       


    1 commentaire
  •  

    holliday on ice ...

      Ça fait des années que ça dure ... et que personne (ou presque) n'équipe les réservoirs de certains véhicules avec des bouchons dignes de ce nom ! Une économie de quelques misérables roros ...  

     

    Et la sécurité rentière n'est pas foutue d'exiger un cadre réglementaire pour clore définitivement le sujet ... Pffff par contre elle a fait inscrire dans la loi l'obligation de l'étiquette CE sur nos gants !

     

    Donc pendant ce temps là, le gas-oil dégueule toujours dans les ronds points, transformant la chaussée en patinoire ! Tu t'amènes dessus pépère, et évidemment tu rates ta splendide triple boucle piquée avec ta chère mobylette, et donc tu te vautres !

     

    ... Au mieux, direction chez ton mécano, au pire c'est mécano + séjour à l'hosto ! En terme d'économie pour chacun et pour la collectivité, on fait mieux, non ??, 

     

    Et dire qu'il y a 25 ans on en collait déjà sur les pompes... Bon, on peut toujours en demander à la SR, ou au Mr Moto du département (souvent à la DDE, voire à la préfecture)... mais hélas j'ai des doutes sur l'impact et l'efficacité du message.

     

    Notre ami Jean-Luc (que je salue chaleureusement !), en a fait l'amère expérience il y a peu, au guidon de sa R1200RS. Pô content l'Jean-Luc, et je le comprends bien !

    madA ki l'tour ;..??

     

     

       


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique